Résidus pharmaceutiques dans les eaux usées

Question parlementaire

28. Oktober 2019

Question parlementaire de notre député Marc Hansen à Monsieur le Ministre de la Santé, à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable au sujet du traitement des eaux usées des hôpitaux, maisons de soins / CIPA et les eaux de ruissellement des élevages animaliers.

Aujourd’hui, plus de 3.000 substances pharmaceutiques sont autorisées en Union européenne. Bon nombre de ces substances ne se décomposent pas entièrement dans le corps et peuvent être introduits dans les sources d’eau par les eaux usées contenant les excréments de personnes les ayant absorbés, par l’élimination sauvage de produits pharmaceutiques (par exemple médicaments jetés dans les toilettes) et par les eaux de ruissellement d’origine agricole contenant des déjections animales. Ces produits constituent une préoccupation pour la santé publique car ils peuvent se retrouver dans l’eau potable.

Les stations d’épuration les plus performantes ne sont actuellement pas capables d’éliminer efficacement ces résidus. Au Luxembourg, la Sûre et l’Alzette seraient fortement contaminées, en particulier par les principes actifs comme le diclofénac (anti-inflammatoire), l’estrone (hormone) et plusieurs antibiotiques.

On ignore encore comment ces produits chimiques affectent l’écosystème en détail, mais il semblerait qu’ils ont une influence sur l’augmentation des taux de mortalité, le déclin des espèces, l’altération de l’ADN, le déséquilibre hormonal chez certains organismes voire même la féminisation des organismes mâles.

À cet égard, j’aimerais poser les questions suivantes:

  1. L’apport en résidus pharmaceutiques dans nos cours d’eau peut-il être quantifié quant à son origine ? Quelle est dès lors la proportion de résidus en provenance des hôpitaux et maisons de soins/CIPA, des élevages animaliers, des ménages privés et d’autres sources ? Quels sont les produits pharmaceutiques respectivement les métabolites les plus répandus dans les eaux luxembourgeoises ?
  2. Quelles mesures mises en oeuvre ou planifiés au cours des 20 dernières années avaient pour objectif la réduction de l’apport en résidus pharmaceutiques à la source respectivement le traitement local des eaux usées (milieu hospitalier, agricole etc.) ? Quels sont les procédés qui ont été ou qui sont étudiés en la matière ? Est-il possible de présenter d’ores et déjà des conclusions et des résultats intermédiaires des différents projets?
  3. Existe-t-il une règlementation pour la construction de nouveaux hôpitaux, maisons de soins/CIPA en ce qui concerne la réduction de l’apport en médicaments ou autres micropolluants à la source respectivement le traitement local des eaux usées? Qu’en est-il des eaux usées respectivement les eaux de ruissèlement des exploitations agricoles ?
  4. Ces mesures sont-elles prévues pour les projets en constructions ou en cours de planification? De quels projets s’agit-il? Quelles sont les mesures prévues?

 

Question parlementaire

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don